samedi 26 juin 2021

Alexandre Vinet sur la prédication de Raymond Gaches

 

Le texte suivant a été extrait de A. Vinet, Histoire de la prédication parmi les réformés de France au dix-septième siècle, Paris, 1860, 719 p.

 

Nous savons peu de chose de Raymond Gaches ; mais le fait qu’il fut pasteur à Charenton montre assez que c’était un homme distingué. Il desservit cette église de 1654 à 1668, époque de sa mort. Il a publié, outre un certain nombre de sermons détachés, un volume intitulé : Seize sermons sur divers sujets de l’Écriture sainte, imprimé à Genève en 1660.

Il n’est ni dialecticien exercé, ni théologien profond, comme plusieurs autres ; la justesse du jugement et la sûreté des vues lui manquent souvent ; mais il a une belle et riante imagination, qui sait tirer parti de la poésie du christianisme, tout à fait négligée par ses contemporains. Il a aussi de la sensibilité, on pourrait presque dire de l’onction. Ainsi dans le passage suivant, tiré du sermon sur 2 Pierre 1.1s :  

samedi 19 juin 2021

Raymond Gaches - une petite biographie


Raymond Gaches naît à Castres (Tarn) vers 1615 [1]. Son père est Jacques Gaches (1574-1651), avocat et juge du comté de Lacaze (Tarn) [2], sa mère s’appelle Esther Gras (1582-1629).

Il fait des études de théologie à l’Académie de Montauban (on trouve des traces de sa présence en 1634). Le 1er novembre 1640, Gaches épouse [3] Isabeau de Vignaux (1627-1669), fille de David de Vignaux, juge et magistrat à Mauvezin (Gers) [4]. Il est alors déjà pasteur à Saint-Affrique (Aveyron). Dans cette fonction, il a pour collègue Jean Claude (1619-1687) à partir de 1646

samedi 12 juin 2021

Sermons de Raymond Gaches

Je viens de mettre en ligne 19 sermons de Raymond Gaches (1615-1668), l’un des pasteurs moins bien connus du Temple de Charenton. Il me reste à rédiger une biographie sommaire de ce pasteur réformé.
 
Vous trouverez les sermons sur mon site Internet (ici).


samedi 5 juin 2021

Un portrait d’Ernest Dhombres

J’ai trouvé une assez belle photo du pasteur Ernest Dhombres (1824-1894) dans une édition de Foi et patrie publiée en 1895, un an après sa mort et vingt-cinq ans après la guerre de 1870. Malheureusement, le livre ne fournit pas de précisions sur sa date, mais je la situerais autour de 1872 ou 1873. A la différence des autres photos que nous avons de lui, Dhombres ne porte pas la robe pastorale mais un costume civil.

 
 
Vous trouverez l’ensemble des photos de Dhombres que je connaisse sur mon site Internet (ici).
 

samedi 29 mai 2021

Laurent Drelincourt sur le printemps



 
Dans le trente-troisième sonnet du premier livre de ses Sonnets chrétiens, Laurent Drelincourt (1625-1680) sémerveille de la beauté du printemps :

Jeune et cher favori de la sage nature,
Qui de l’âpre saison viens finir les rigueurs, 
Qui parfumes notre air de tes douces odeurs 
Et qui rends à nos bois leur belle chevelure, 
 
Grands et riches tapis, de riante verdure, 
Roses, jasmins, œillets, pompeux amas de fleurs, 
Incomparable émail, des plus vivres couleurs, 
Qui, sans art, surpassez les traits de la peinture, 
 
Petits hôtes de l’air qui, poussant vers les cieux 
D’un concert naturel les sons mélodieux, 
Charmez si doucement les âmes par l’oreille, 
 
Beau printemps, dont l’aspect fait un monde nouveau, 
Si du haut paradis je conçois la merveille, 
Ta face est sans attraits, et tu n’as rien de beau.
   
 
Également publié sur mon site (ici). Vous y trouverez également les annotations de l’auteur, ainsi que le facsimilé du sonnet publié en 1680.

samedi 22 mai 2021

Portraits de Pierre du Bosc

Nous possédons plusieurs portraits du pasteur huguenot Pierre du Bosc (1623-1692). Chacun le montre revêtu de sa robe pastorale et coiffé d’une perruque, mais sans le bonnet dont il était coiffé lorsque Gilles Ménage (1613-1692) l’entendit prêcher à Caen [1].

Le premier portrait est une gravure de Georg Friedrich Schmidt (1712-1775), d’après un tableau d’un certain Chevalier. Le British Museum la date entre 1737 et 1739.  A en juger du grand nombre de copies encore en vente, elle a dû avoir une distribution large. Elle montre le pasteur en buste, de profil à gauche, dans une bordure ovale.



Sous la bordure ovale, il y a une inscription :

samedi 15 mai 2021

Pierre du Bosc (1623-1692) - une petite biographie

 


Pierre Thomine sieur du Bosc [1] naît à Bayeux (Normandie) le 21 février 1623, dans une famille de la petite noblesse normande. Il est le dernier et treizième fils de Guillaume du Bosc († 1653), avocat au Parlement de Rouen, et de sa seconde épouse, Marie l’Hôtelier († 1663). 

Pierre est un bon élève ; il étudie aux Académies de Montauban (18 mois) et de Saumur (3 ans), aux frais du Consistoire de Caen. L’Église de Loudun (Centre-Ouest) le sollicite, mais son père s’oppose à ce projet. Pierre revient alors en Normandie. Le Colloque de Trévières (15 novembre 1645) l’envoie à Caen [2] où il reçoit l’imposition des mains le 17 décembre de la même année de la part de son futur collègue Samuel Bochart (1599-1667).